Tuto
    1

    Des conseils pour faire de la moto en hiver ?

    L’hiver est arrivé d’un coup et il n’a pas fait les choses à moitié. Faire de la moto avec cette météo, c’est possible, mais il faut suivre quelques principes simples pour le faire en sécurité et ne pas finir en glace pilée. S’équiper contre le froid, piloter sur la neige et le verglas ou encore protéger sa moto, voici un petit guide de survie à usage des A2 qui passent leur premier hiver. Keep calm et ride on !

    Règle n°1 : s’équiper façon mille-feuilles

    © A2Riders.com

    L’équipement à moto, c’est très important. En hiver, c’est une question de survie. Si vous avez froid, vous allez fatiguer très vite et commettre des erreurs bêtes, qui risquent de vous coûter cher.

    Mais pour bien s’équiper, il ne suffit pas d’empiler les couches. Il faut les bons vêtements, pour garder la chaleur du corps, s’isoler de l’extérieur et être plus mobile qu’un bibendum. Déjà que le débutant ne sait pas forcément bouger son corps correctement, cela serait dommage de se compliquer encore la vie. Voici donc ce qu’il faut faire :

    • Sous-vêtements techniques

    Vous pouvez les acheter chez Decathlon pour faire des économies, ils feront le boulot pour conserver la chaleur. Sinon, les marques spécialisées proposent des sous-vêtements étudiés pour ne pas laisser le vent froid flirter avec votre petit corps nu.

    • La petite laine

    Oubliez le hoodie et sa capuche réconfortante. Un gros pull va vous gêner et le coton ça ne tient pas chaud. Privilégiez la laine mérinos, les polaires ou le cachemire si vous êtes coquets ! Des matières malines et fines pour garder un maximum de mobilité et ne pas enfler.

    • La veste qui vous isole du monde extérieur

    Le cuir ? Non ! Il faut s’isoler du vent glacial et de l’eau. À moto, il fait beaucoup plus froid. Veste étanche, y compris au niveau des fermetures, avec des serrages aux poignets et hanches pour ne rien laisser passer. Pensez aux matières type gore-tex ou soft shell, etc. N’oubliez pas la doublure ou mettez une petite doudoune fine.

    • Bien dans son fute

    Mettez un collant thermique, vous serez au chaud et personne ne le saura (sauf si vous êtes coquins !). Le pantalon de pluie vous isolera efficacement du froid en plus de l’eau, tant pis si c’est moche. Pour ceux qui roulent hors la ville, les pantalons hiver sont très efficaces, mais ils sont chers et leur utilisation reste très saisonnière.

    • Le tour de cou anti-suçon

    Clé de voûte du dispositif anti-froid, le tour de cou empêchera l’air de venir s’infiltrer dans votre mille-feuilles. Il doit couvrir le bas du visage et descendre sous le cou. Oubliez les écharpes, vous n’êtes pas un aviateur de la Première Guerre.

    • Les gants pour garder ses doigts

    Les mains sont les premières exposées et il faut les tenir au chaud.  Mettez des sous-gants en soie pour retenir votre chaleur. Ensuite, prenez des gants hiver qui montent haut et résistent à l’eau. Prenez-les un peu plus grands pour qu’une poche d’air chaud se forme à l’intérieur. Enfin, les gants chauffants font une vraie différence, même si ça coute plus cher.

    • Les bottes

    Les pieds aussi sont exposés, il faut les isoler de l’air et de l’eau. Oubliez les Van’s, mettez des bottes étanches ! Et enfilez vos chaussettes de ski.

    Quelques conseils en plus : soyez visible, privilégiez les couleurs claires et le fluo. Tant pis si vous ressemblez à un Playmobil. Voir et être vu, une règle simple, mais terriblement efficace, il faut aider les automobilistes embués !
    Mettez un pinlock sur l’écran du casque, c’est le plus efficace contre la buée. Oubliez l’écran fumé pour le look, et ouvrez les aérations pour laisser un peu d’air évacuer la condensation de votre souffle.

    Règle n°2 : adapter son pilotage aux conditions météo, c’est un art !

    © A2Riders.com

    En hiver, tout est plus compliqué, plus fatiguant. On est moins mobile, on a moins de feeling dans les commandes, la moto est plus dure à gérer et les routes sont piégeuses. Et tout ça en même temps ! Mais que vous vouliez rouler pour profiter des beaux paysages d’hiver ou que ce soit une question de survie au quotidien pour aller bosser, il faut adapter ses talents de pilote

    • Lire la route

    Regarder au loin pour anticiper les ennuis. Lire les pièges : si c’est brillant, c’est glissant, si c’est blanc, c’est chiant ! Les zones humides sont des taches sombres. Les zones à l’ombre, en sous-bois, en sortie de tunnel, les lieux venteux favorisent les pièges et les routes glissantes. Sortez le pied si besoin pour tâter le grip. Le verglas, c’est blanc, c’est noir, c’est brillant, c’est blanchâtre, c’est difficile à identifier, soyez attentifs.

    • Mettez-vous au milieu

    Bien se positionner sur la route, c’est pouvoir réagir à toutes les situations. Pas de trajectoire tendue, ou de point de corde à aller chercher, mettez-vous au milieu de votre voie. En plus, les bords de routes sont souvent humides, sales ou verglacés.

    • Adapter son style

    Sur le mouillé, l’adhérence est réduite de moitié. Sur la neige, c’est encore divisé par deux. Sur le verglas, il n’y a pas d’adhérence ! Adoptez un style coulé, progressif et décomposez vos gestes. Roulez plus lentement pour analyser la situation. Évitez de mettre de l’angle, pour pouvoir réagir dans les virages. Utilisez votre corps plutôt que le contre-braquage pour faire travailler la moto. Et soyez détendus, c’est le meilleur moyen de ne pas finir au tas !

    • Je fais quoi sur la neige ?

    Appliquez les règles précédentes et vous passerez en douceur sur la neige. Si la neige est tassée, elle est plus glissante, soyez donc encore plus doux et ralentissez. Cherchez l’adhérence dans les traces des voitures.

    • Je fais quoi sur le verglas ?

    J’évite les plaques de verglas comme j’évite de parler politique au repas de noël en famille ! C’est le meilleur conseil. Si vous êtes malgré tout piégé, parce que le verglas est traitre, roulez le plus doucement possible, sortez les jambes pour des petits appuis, jouez de l’embrayage plutôt que de la poignée de gaz. Ne touchez pas le frein avant et faites attention à l’anti-patinage qui est piégeux quand l’adhérence revient.

    Règle n°3 : ma moto est différente en hiver

    © A2Riders.com

    Dans le froid, votre monture n’aura pas les mêmes performances qu’à la belle saison. Les liquides (fourche, huile,etc.) sont froids et la moto ne fonctionne pas correctement. Mais vous pouvez aider votre moto à s’adapter aux rigueurs de la saison.

    • Réglez votre moto comme un vrai pilote

    N’hésitez pas à régler un peu plus souple vos suspensions, la moto sera plus douce dans ses réactions.

    • Mets de l’huile

    Vous pouvez utiliser des fluides adaptés aux températures basses : un peu d’antigel dans le liquide de refroidissement et une huile moteur moins visqueuse pour monter plus vite en température.

    • Prendre soin de vos pneus

    Vérifiez la pression de vos pneus, car le froid et les écarts de température entrainent des changements de pression malgré vous. N’hésitez pas à gonfler un peu plus qu’à l’habitude pour ouvrir les sculptures des pneus et les aider à travailler mieux dans les mauvaises conditions. Ne surgonflez pas non plus, au risque d’entrainer une usure prématurée.

    Au passage, avez-vous changé vos pneus usés jusqu’à la corde ? Plutôt que d’attendre le printemps, il serait intelligent de le faire pendant l’hiver, afin d’avoir un pneu à 100% de ses capacités pour trouver une adhérence bien faible en cette saison. Petit rappel détaillé de l’intérêt de changer ses pneus en hiver dans cet article.

    Enfin, les pneus montent difficilement en température, il faut prendre le temps sur les premiers kilomètres.

    • Vérifiez les éclairages

    Vu et être vu, encore une fois. Les éclairages sont au cœur du dispositif hivernal. Vérifiez que tout fonctionne.

    • Le gras, c’est la vie ! (de sa chaine)

    Vérifiez votre chaine, nettoyez-la et graissez la plus souvent. L’eau, la pluie, le sel, la neige et les débris sur les routes sales vont se déposer sur votre chaine. Il faut donc l’inspecter et la bichonner. Vous pouvez aussi utiliser une graisse de chaine plus adaptée aux conditions hivernales et même celles qui sont orientées usage tout-terrain. Elles sont plus fluides, les impuretés s’accrocheront moins dessus, mais il faudra en remettre plus souvent.

    • Nettoyer la moto régulièrement

    L’hiver, la route est vraiment sale. Pire, le sel de déneigement est très corrosif et va ronger votre moto. Un peu d’eau tiède et du savon doux. Profitez-en pour donner de l’amour à votre bécane et vérifier que tout va bien.

    Vous voilà prêt à partir rouler, mais restez prudent !

    N’hésitez pas à partager vos astuces et bonnes pratiques en commentaires, sur Instagram et Facebook, surtout si vous pensez que j’ai oublié des choses en voulant faire trop synthétique.

    One thought on “Des conseils pour faire de la moto en hiver ?

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :