Actu
    3

    Nouveau Suzuki GSX-8S, le réveil de la force ?


    Il ne fallait pas énerver Suzuki à force de dire qu’ils étaient finis. Du coup, ils ont décidé de s’attaquer à la Yamaha MT-07 et à la toute nouvelle Honda Hornet. Un nouveau roadster dévoilé au salon EICMA de Milan qui prend tout le monde par surprise. Mais la GSX-8S a-t-elle vraiment les moyens de manger les autres ?

    Je ne veux pas me faire mousser, mais on avait encore un scoop sur A2Riders, avec les spyshots de la moto ! Suzuki a pris tout le monde à contre-pied en sortant rapidement une moto, que personne n’a vu en développement. L’art du secret nippon. Non, il ne fallait pas attendre 2023 pour avoir une nouvelle moto, et non, la SV 650 n’est pas encore morte. Voici donc laeGSX-8S, qui vient en frontal sur le marché du roadster de moyenne cylindrée, le segment le plus populaire des motos en France, après la GS.

    Et le timing et parfait pour venir affronter la nouvelle Honda Hornet qui lui ressemble un peu, beaucoup.

    Suzuki GSX-8S : déjà mieux que la Hornet ?

    Suzuki GSX-8S 2023 – A2Riders.com

    Sur le design, Suzuki n’a pas tortillé du cerveau longtemps. Pour eux, pas besoin de faire une ligne consensuelle pour plaire à tous. Suzuki affirme son design moderne et manga, et utilise à nouveau le double phare LED lenticulaire superposé, comme sur les GSX-S 1000 et 950. Une petite moustache LED vient agrémenter le cache de phare en deux parties. Cela rappelle la MT-07, comme un clin d’œil un peu coquin.

    Soit, je finis par m’habituer, soit ce phare parait plus réussi que sur les grosses GSX-S, moins brut et plus travaillé. Par contre, il faut aimer ce genre de design. Chacun se fera son avis.

    Dans son ensemble, la GSX-8S est une moto épurée, compacte, un vrai roadster naked agressif avec peu de carénages et un cadre apparent qui donne envie d’arsouiller. La Suz’ cherche à attirer l’attention avec un bleu pétant, lui aussi étonnamment plaisant. Le rappel de couleur sur les jantes et le cadre en rajoute une couche pour faire oublier le gris et noir Yamaha, où le look très sage de la Hornet.

    Suzuki GSX-8S 2023 : le moteur, un savoir-faire Suzuki

    Suzuki GSX-8S 2023 – A2Riders.com

    Pour le moteur, Suzuki est parti d’une feuille blanche. Bye-bye le 4-cylindres, arrivederci le V-twin. Révolution technique ? Non, on prend une bonne formule bien éprouvée et similaire aux concurrents : un bicylindre parallèle. Une architecture compacte, peu couteuse, polyvalente et fiable. Comme sur la MT et presque la même cylindrée que la Hornet : 776 cm³. On retrouve même le désormais célèbre vilebrequin calé à 270 degrés et la séquence d’allumage un peu « fofolle » pour donner du caractère. Tiens, comme sur … Vous m’avez compris.

    Mais si Honda cherche à retrouver un peu de 4-cylindres dans sa Hornet, Suzuki veut que son roadster retrouve un peu du V-twin de la SV 650, c’est-à-dire du « punch », de la souplesse et de la volupté.

    La fiche technique annonce 83 ch, c’est quasiment 9 ch de moins que la Hornet qui vient de sortir, mais 10 de plus que la Yamaha. La puissance maximum est atteinte plus tôt aussi que la Honda, à 8 500 tr/min. Et l’on dispose d’un plus de couple avec 78 Nm à 6 800 tr/min. Sur le papier, cela promet donc une moto coupleuse, un moteur disponible tôt et avec un caractère plus rond, donc plus doux

    Avec la réputation que se traine Suzuki, ce moteur devrait être réussi et très agréable à exploiter. On attend de le rouler avant de s’emballer.

    Côté consommation : 4,2 L/100 km, pas de surprise pour ce genre de moteur, mais c’est un peu mieux que la Honda, et paf !

    Suzuki GSX-8S 2023, un roadster qui aime rouler

    Suzuki GSX-8S 2023 – A2Riders.com

    Côté châssis, Suzuki part aussi d’une feuille blanche, mais ne va pas révolutionner non plus le monde de la moto. Là, où Honda est parti sur un cadre périmétrique Diamond en alu, Suzuki est resté fidèle au bon vieux cadre treillis tubulaire en acier. C’est du classique, c’est efficace et rigide, mais c’est plus lourd. Pourquoi ont-ils fait ça ? Pour le réutiliser dans un trail, le V-strom 800 qui a été dévoilé en même temps. Il fallait donc suffisamment de rigidité sans avoir à retravailler le cadre. Traduction : Suzuki fait des économies et on ne peut pas leur en vouloir. Par contre, on retrouve une boucle arrière détachée et boulonnée au cadre principal. Le bras oscillant lui aussi est nouveau et en alu, étudié pour plus de stabilité et de rigidité.

    Du coup, la moto affiche 202 kg sur la balance, tous pleins faits. C’est 10 kg de plus que la nouvelle Hornet. Mais Suzuki promet une moto agile et maniable, mettant plein de photos en virage pour le prouver. Enfin, avec des roues de 17 pouces à l’avant comme à l’arrière, on sait que les débutants seront rassurés par un comportement neutre et prévisible.

    Pour le reste, c’est une moto bien équipée : fourche inversée Kayaba, frein avant Nissin double disque 310 mm avec étriers radiaux 4 pistons, monoamortisseur KYB réglable en précharge à l’arrière. Vous aurez aussi des jantes en alu forgées pour alléger les masses suspendues et améliorer le comportement dynamique. Les roues sont équipées en Dunlop Sportmax Roadsport 2. Personnellement, ce n’est pas ceux que je préfère.

    La moto semble faite pour être « plug and play », c’est-à-dire donner du plaisir immédiatement, sans avoir un talent de pilote prononcé. La position parait naturelle, une selle à 810 mm pas trop haute et une moto fine et compacte qui devrait aller à tous.

    Suzuki GSX-8S : électronique malin façon Suzuki

    Suzuki GSX-8S 2023 – A2Riders.com

    Suzuki n’aime pas en faire des caisses avec l’électronique. Pas d’anti-wheeling ou d’ABS cornering. Mais un système Suzuki Intelligent Ride, SIRS. Ce n’est pas bling bling, mais c’est là pour vous rendre la vie plus facile.

    D’abord, le moteur est géré par une poignée de gaz électronique, ride by wire. Ce qui permet d’avoir des modes de conduite. Un mode A pour Active, B pour Basic, C pour Comfort. Ils jouent sur la réponse à la poignée et le couple du moteur.

    Ensuite, toutes les petites assistances qui vous rendent plus zen au quotidien : clutch assist system pour vous aider avec l’embrayage, low RPM assist pour ne pas caler devant tout le monde en partant, 3 modes de traction control (anti-patinage, dont un mode off), ABS et démarrage avec starter simple pression.

    Vous ajoutez à cela, un écran TFT 5 Pouces. Enfin ! Enfin, Suzuki abandonne son LCD noir difficilement lisible. On y voit plus clair ! Même chose pour l’éclairage qui passe full LED, fini les gros clignos moches.

    Et le petit détail sexy : un quickshifter up and down de série, pour monter et descendre les vitesses sans embrayage. Les concurrents le mettent en option. Et toc !

    Il en pense quoi Monsieur A2 Riders ?

    Suzuki GSX-8S 2023 – A2Riders.com

    Il en pense que la MT-07 n’est plus seule, et il était temps ! Les permis A2 auront le choix entre des streetfighters dignes de ce nom. Mais la bataille des roadsters semble arriver un peu tardivement, avec une MT-07 qui s’en moque un peu et termine sa vie tranquillement, en capitalisant sur son énorme notoriété populaire.

    En attendant, Suzuki revient immédiatement dans le coup et va même chercher à se faire le petit nouveau Hornet. On regrette juste un poids un peu élevé comparé à la Hornet, surtout avec quelques chevaux en moins. Mais la GSX-8S devrait se démarquer par son caractère et ses qualités. 

    En tout cas, un roadster plaisir, pour découvrir les joies de la vie sur l’angle plutôt que sur la roue arrière, on ne peut qu’approuver !

    Et comme Honda, Suzuki utilise ce roadster comme base pour un nouveau trail, un V-strom 800 DE !
    Welcome back Suzuki ! On espère que les ventes vont suivre. 

    Rendez-vous au printemps 2023. D’ici là, on connaitra le prix (8 500 euros ?)

    3 thoughts on “Nouveau Suzuki GSX-8S, le réveil de la force ?

    1. Si on résume : 10ch de moins, 10kg de plus, probablement dans les 1000€ de plus, et tout le reste kif-kif (cycle, conso, freinage, électronique, etc.). Franchement, au delà de l’esthétisme (chacun y verra selon ses goûts), y’a pas match.

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :