Nouveautés A2 2021 - A2Riders.com
    Actu
    3

    Les nouveautés A2 en 2022

    Les annonces se sont bousculées à la fin de l’année 2021. Beaucoup de constructeurs ont hiberné depuis le début de la crise du Covid, mais ont fini par renouveler leur gamme en 2022. Pour les motos A2, c’est une année qui s’annonce riche avec toujours plus de modèles accessibles aux primo-accédants. Des natives à 35 kW bien sûr, mais aussi des motos qui seront bridables et qui nous donnent envie de faire sauter le PEL sans attendre la passerelle. A2 Riders vous a préparé une petite liste des principales nouveautés à surveiller en 2022.  

    Aprilia : Tuareg 660

    Aprilia Tuareg (A2)
    (c) Aprilia

    Les Italiens du groupe Piaggio ont été actifs en 2020 et 2021. Cette année sera donc plus calme. Heureusement, il y a le flamboyant Tuareg 660, un trail qui vient s’attaquer aux parts de marché du Ténéré 700, avec des caractéristiques assez proches de la Yamaha : 80ch, 70 Nm de couple, 204 kg (TPF) fourche KYB de 43 mm inversée avec 240 mm de débattement, etc. Mais le Tuareg embarque un peu plus de technologie : 4 modes de conduite, contrôle de traction, régulateur de vitesse, réglage de la cartographie moteur et du frein moteur et écran TFT 5 pouces. Son moteur est une déclinaison du 660 cm³ de la RS660 et du Tuono, un moteur très sympa et qui est réglé avec plus de couple pour le Tuareg. Son prix démarre à 11 999 euros, ce qui reste raisonnable et justifié par rapport à la Yamaha moins bien équipée de base.

    La question c’est surtout, quand et combien de Tuareg seront disponibles en version A2 ?

    Benelli : Leoncino 800 et TRK 800

    Benelli Leoncino 800 (A2)
    (c) EICMA

    Benelli muscle son jeu avec un nouveau moteur de 754 cm³, 76,2 ch et 67 Nm de couple. Débarque donc sur le marché un roadster Leoncino 800, attendu depuis quelques années déjà, et un trail TRK 800. Le Leoncino 800 ressemble étrangement à la Yamaha XSR et il vise lui aussi les amateurs de roadster-scrambler-un-peu-néo-rétro-mais-pas-trop. Une moto pour urbain(-ne)s qui aiment les petites balades du weekend.

    Benelli TRK 800 (A2)
    (c) Benelli

    De son côté, le trail TRK passe d’une A2 native à 47ch, à une moto bridable. Dans la transformation, il récupère des équipements aguicheurs pour gagner en crédibilité : fourche inversée Marzocchi 50 mm et freinage Brembo, entre autres. Certes, il s’agit probablement des entrées de gamme de ces marques, mais quand même. En théorie, ce TRK se veut davantage « off-road » que son petit frère, en atteste la roue avant de 21 pouces. On ne connait pas encore le prix, mais il devrait tourner autour des 10 000 euros. Un trail ambitieux pour une marque ambitieuse.

    Ces motos Benelli sont toujours aussi alléchantes sur le papier et l’on attend de voir si elles seront à la hauteur sur la route. La marque sino-italienne a fait de gros efforts sur ses derniers modèles mais cela reste un standard encore un cran en-dessous.

    BMW : Rendez-vous en 2023

    BMW R Nine T Pure (A2)
    (c) H. Ben Lagha pour A2 Riders

    Pas de grosses nouveautés à prévoir en 2022. BMW garde ses cartouches pour son centenaire en 2023. Les citadins surveilleront le scooter électrique CE04.  Ah si ! La R18, l’énorme custom de 1800cm3 est disponible en version A2. Lol. 

    Retrouvez l’essai de la BMW R Nine T Pure A2 sur A2Riders.com

    BSA : Gold Star 650

    BSA Gold star (A2)
    (c) BSA

    L’agent zero, the one, celle par qui tout a commencé. BSA c’est la marque légendaire qui a offert au monde le twin anglais et a permis de voir naitre des mythes comme les bicylindres Royal Enfield, Bonneville ou encore W800. Les boys de Birmingham reviennent grâce au géant indien Mahindra. Et ils n’en font déjà qu’à leur tête ces British. Ils ont pris tout le monde à contre-pied en sortant un monocylindre de 650 cm³. Voilà qui va faire revivre de vieilles sensations au guidon. Le second souffle du néo-rétro ? 

    Les motos seront d’abord fabriquées en Inde, le temps que la nouvelle usine soit prête. On espère aussi que la légendaire fiabilité anglaise sera de retour… Et le prix ? « Un placement tarifaire intéressant, dans l’ADN de la marque » annonce ses dirigeants. Tremble, Royal Enfied !

    Retrouvez le Top 5 des motos « néo-rétros » sur A2riders.com

    CF Moto : 700 CL-X et 800 MT

    CF Moto 700 CL-X (A2)
    (c) CF Moto

    Encore une marque chinoise. Eux, au moins ils ne font pas semblant. CF Moto est en pleine expansion, le réseau reste limité et leurs ventes marginales en comparaison des grandes marques mais ces motos deviennent des produits intéressants. Par contre, il est compliqué de lire le catalogue qui déborde de modèles aux qualités aussi obscures que leurs appellations. En tout cas, on peut retenir 2 modèles pour cette année.

    Le roadster néo-rétro très néo, le 700 CL-X. Le bicylindre en ligne n’annonce rien de très sexy, mais 70 ch et 68 Nm de couple devraient suffire pour y trouver un peu de plaisir. Sauf que la moto pèse 205 kg, c’est lourd pour un roadster. Ces Chinois aussi aiment le « bling » dans les fiches techniques et proposent des équipements intéressants : suspensions KYB réglables, ride-by-wire avec 2 modes de conduite et du freinage Brembo double disque 300 mm à l’avant. Cela pourrait ressembler à quelque chose, d’autant que CF Moto a beaucoup progressé sur la qualité de ses machines. Mais la présence de certains indices, comme des pneus Maxxis MA-ST2, font craindre que tout cela ne soit que de la poudre aux yeux et que le prix agressif ne soit que le signe d’une moto moyenne. 

    CF Moto 800MT (A2)
    (c) CF Moto

    Si vous préférez les trails, il y a le 800MT qui semble plus crédible. D’abord, parce que KTM, le partenaire de CF Moto, est passé par là et permet à la moto d’hériter du moteur LC8c (assemblé en Chine) qui équipe la 790 ADV et Duke. Un bicylindre parallèle de 799 cm3, 91ch, donc bridable A2 et 75 Nm de couple. Ensuite, parce que la moto est bien équipée (surprise !) : fourche inversée KYB, freinage J. Juan (320 mm à l’avant) centrale inertielle, ride-by-wire, cornering ABS (assistance au freinage en virage), 2 modes de conduite (seulement), TFT 7 pouces, un démarrage sans clé, des poignées et une selle chauffantes, une navigation embarquée, et plein d’autres petits grigris. C’est quoi l’embrouille, vous allez me dire ? Déjà, le 800MT est un beau bébé de 231 kg. Surtout, à force de vouloir venir chatouiller les Premium avec tous ces équipements, la facture va gonfler et se rapprocher des grandes marques, ce qui le rend moins intéressant sauf à aimer l’exotisme à tout prix.

    Retrouvez le Top 5 des trails routiers sur A2riders.com

    Lucky Explorer : 5.5

    Lucky Explorer 5.5
    (c) Lucky Explorer

    Au salon de l’EICMA à Milan, nous étions tous excités de voir la version 2022 de la mythique Cagiva Elephant. MV Agusta, propriétaire de la marque, a pris tout le monde de court en sortant deux motos, dont un 550 cm³ natif en A2. Les trentenaires, quarantenaires et cinquantenaires néo-motards ont tous bavé à l’idée de conduire une réplique de l’Elephant dès la sortie du permis.
    Cette 5.5 intrigue, fait peur et promet aussi beaucoup. Elle fait peur parce qu’il s’agit d’une moto sortie du catalogue de QJ Motors, qui sert aussi pour trail TRK 502 de Benelli. Un trail populaire, mais très routier et pas le plus énergique du monde à conduire. Sauf que sur le papier, le petit Lucky s’annonce comme une version plus élaborée du TRK. Le 554 cm³ a été modifié pour l’occasion avec de nouvelles valeurs d’alésage et de course. Il fera (toujours) 47,5ch avec 51 Nm de couple. La 5.5 aura aussi un freinage Brembo et une fourche inversée KYB de 43 mm pour rendre la fiche technique alléchante.

    Rendez-vous cet été pour découvrir cette nouvelle interprétation du trail QJMotor SRT 500.

    Retrouvez le Top 5 des trails off-road sur A2riders.com

    Ducati : DesertX et Multistrada V2

    Ducati Multistrada V2
    (c) Ducati

    Borgo Panigale nous a gâté en fin d’année. 

    D’abord, il y a la grosse nouveauté : la Multistrada V2. Un trail sportif, orienté route (quoique …) avec un bicylindre Testastretta 11° de 937 cm³ qui développe 113ch en full.
    Ducati a voulu rendre sa petite Multistrada accessible à tous avec une selle creusée, plus fine et haute de 830 mm pour permettre aux petits gabarits de se sentir à l’aise. Une moto bien équipée et bardée d’électronique : ABS sur l’angle, aide au démarrage en côte, 4 modes de conduite, anti-patinage réglable. La version S reçoit des suspensions semi-actives, un régulateur de vitesse, shifter, et tout ce qui fait une moto haut de gamme.

    Une belle machine pour débuter avec style sa vie de voyageur Ducatisti. Mais son tarif ne s’adressera qu’aux A2 matures : 14 990euros pour la version de base et 17 490 pour la S, obligatoire si vous comptez voyager puisqu’elle est la seule à inclure la bagagerie.

    Ducati DesertX (A2)
    (c) Ducati

    Ensuite, il y a la cerise sur le gâteau. En sortant son trail DesertX, nous ne nous attendions pas à avoir une version A2. Et pourtant, Ducati l’a fait ! Le trail pour off-roader énervé reprend la même base que la MTS V2 et donc le moteur Testastretta de 937 cm³. Ducati répond à la tendance du trail de moyenne cylindrée orienté tout-terrain et propose son interprétation moderne de la Cagiva Elephant. Roue avant de 21 pouces, 230mm de débattement de suspensions, fourche inversée 46 mm et une électronique de bord complète. Le DesertX va vous faire bouffer de la dune même si vous êtes un A2 qui n’y connait rien en off-road grâce à un mode de conduite ‘enduro’ avec puissance réduite et assistances adaptées. Par contre, à 16 290 euros, prix de départ, il ne faut pas avoir peur de la rayer…

    Nous ne sommes pas trop inquiets pour le bridage de ces deux motos. Ducati bride désormais ses motos électroniquement et comme les Italiens sont des petits malins, ce n’est franchement pas invasif.

    Harley-Davidson : work in progress

    Harley-Davidson Sportster
    (c) A2Riders/J.Muntzer

    Difficile de trouver son bonheur en nouveautés A2 en ce moment du côté de Milwaukee. Le moteur Revolution Max pourrait sortir dans une version bridable 35 kW et nous pourrions rêver d’un Sportster S A2. Ou pas. Une Panamerica A2 ? Trop beau pour être vrai. Bon, il n’ il n’y a plus qu’à attendre que les Américains terminent leur restructuration.

    EDIT : depuis l’écriture de se Top 5 est sortie la Sportster Nightster en version A2, retrouvez son essai sur A2Riders.com

    Honda : keep calm and carry on

    Honda CB 500 F
    (c) Honda

    Honda a fait évoluer sa gamme CB 500 pour 2022 afin de lui donner plus de caractère. Vous pouvez retrouver l’essai A2 Riders du roadster CB 500 F ici ou du trail CB 500 X là. 

    Pour le reste, les Japonais se font discrets et les ingénieurs doivent travailler comme des dingues pour préparer l’avenir. On sait qu’un Hornet doit voir le jour dans les prochaines années. Mais on ne sait rien des projets sur les moteurs du futur chez Honda : électrique ? hybride ? hydrogène ? Essence synthétique ? Vous avez un an pour vous préparer à tout !

    Kawasaki : Versys 650, Z650 RS et motos électriques

    Kawasaki Z650RS
    (c) A2Riders/J.Muntzer

    Les Japonais en verts nous ont proposé deux nouvelles A2 pour cette année : la Z650 RS, un roadster néo-rétro très joli qui reprend la base de la Z650 et son inusable moteur issu de feu l’ER-6. Une petite moto, pleine de charme, de caractère et au prix raisonnable de 8 449 euros.

    Retrouvez l’essai de la Kawasaki Z 650 RS sur A2riders.com

    Kawasaki Versys 650 (A2)
    (c) Kawasaki

    Ensuite, Kawa a enfin fait évoluer le Versys 650 ! Des années d’attente pour finalement pas tant de choses que ça : un design qui reprend celui du grand frère 1000, un écran TFT qui se connecte à votre smartphone, un anti-patinage sur  2 niveaux et désactivable, un éclairage LED et une nouvelle bulle. Pour le reste, encore le moteur hérité de l’ER-6, mais version Euro5. Une moto qui fait simple, qui est low maintenance et qui survivra à tous les mauvais traitements. Par contre, le prix augmente de 500 euros passant à 8 600 euros. 

    Kawasaki Electrique
    (c) Kawasaki

    Enfin, on attend en 2022 la révolution verte ! Kawasaki nous a promis au moins 3 motos électriques dès 2022. Des motos qui seront peut-être équipées de batteries amovibles. Mais pour tout dire, nous n’avons aucune information pour l’instant.

    C’est le premier constructeur traditionnel à se jeter dans le grand bain, (en dehors des scooters BMW et de la LiveWire de Harley qui a fait un bide, mais bon à 35 000 euros la moto …). Et si vous râlez déjà sur cette idée du futur silencieux, sachez que Kawasaki travaille d’arrache-pied sur l’hydrogène depuis 15 ans et qu’ils ont signé un partenariat avec Yamaha. Le boss Hiroshi Ito a annoncé que Kawa étudiait aussi toutes les alternatives viables, notamment les carburants de synthèse qui pourraient faire perdurer le thermique. Arrêtez de râler, le futur s’annonce riche et varié !

    KTM : ne pas déranger

    KTM 390 ADV
    (c) KTM

    Rien, ou presque. Les Autrichiens n’ont fait qu’une petite mise à jour sur la 390 Adventure. Le monocylindre de 373 cm³ (43ch) devient un peu plus baroudeur avec des jantes renforcées et un mode de conduite qui donne la possibilité de déconnecter l’anti-patinage en roulant. Pour le reste, Nichts. Enfin, sauf surprise.

    Retrouvez mon aventure en Afrique avec la KTM 390 ADV !

    Moto Guzzi : V100 bridée et V850X ?

    Moto Guzzi V100 (A2)
    (c) Moto Guzzi

    Mandello Del Lario a présenté la V100 à l’EICMA, un roadster sport-GT capable de déployer ses petites ailes (si si !). La question pour nous, c’est de savoir si le V2 de 1042 cm³ et 115ch sera proposé en version 95ch pour être bridé en A2.  Moi, je croise les doigts !

    Et puis il y a la rumeur qui enfle, celle d’une nouvelle Guzzi. Des photos volées d’un prototype en octobre, une page qui apparaît et disparaît sur le site de Guzzi et une confirmation officielle de la marque en fin d’année. Il s’agirait d’un flat-track/scrambler sur base de V7. Le moteur est le même 850 cm³ que la V85TT. Il serait de 66ch pour une moto qui pèserait 213 kg. Moto Guzzi parle aussi d’une colonne de direction renforcée, d’un bras oscillant allongé et d’amortisseurs KYB. Tous les hipsters parisiens, et moi avec, vont surveiller cette histoire de très près.

    Moto Morini : X-Cape et Seiemmezzo

    Moto Morini X-Cape (A2)
    (c) Moto Morini

    L’autre marque italienne qui doit sa renaissance grâce aux capitaux chinois. Moto Morini se lance dans une guerre fratricide avec Benelli. Mêmes arguments de vente, même goût du design et même « made in china » pour la fabrication de la moto. 

    Le X-Cape a séduit beaucoup de confrères lors de sa présentation. Un trail de 650 cm³ et 60ch au caractère volontaire, des bons équipements : fourche inversée Marzocchi, amortisseur KYB, freins Brembo, et une moto plutôt polyvalente qui n’a pas peur de mettre les roues hors bitume. Et à 7 599 euros, difficile de trouver meilleur rapport qualité-prix. 

    Moto Morini Seiemmezzo

    Il devrait y avoir aussi la sortie du roadster Seiemmezzo. Même moteur de 650cm3 et 60ch que le trail, même philosophie des équipements pour appâter (fourche KYB) et un look inspiré des grandes marques : Ducati et Triumph. Il faut juste espérer qu’elle sorte en 2022. 

    Quoi qu’il arrive, pour ces Morini nouvelle génération, il faudra observer la qualité des finitions et de l’assemblage, le réseau de distribution disponible et le vieillissement de ces motos. 

    Royal Enfield : The revenant

    Royal Enfield Bullet Classic 350
    (c) Royal Enfield

    C’est un peu la moto qu’il est impossible de tuer. Celle qui sera encore là, après l’hiver nucléaire : la Bullet Classic. Le petit monocylindre longue course a disparu en 2021 dans sa version 500 cm³. Mais les Indiens, pour qui il s’agit d’une moto mythique, l’ont fait revenir en 350 cm³ sur base de Meteor. Sauf que cette Meteor n’est pas juste une édition relookée : elle possède la bonne position de conduite bien droite et des pièces nouvelles : roues, suspensions, réservoir, selle, carénages, instrumentation et échappement. Classic and original.

    Triumph : Tiger 660

    Triumph Tiger 660 (A2)
    (c) Triumph

    L’année dernière, les Anglais d’Hinckley nous avaient sorti la Trident 660, petit roadster plein de charme. Cette année, ils reprennent cette base pour nous proposer un trail routier. Un peu comme Kawasaki fait avec la Z650/Versys 650. La Tiger 660 a plutôt une bonne gueule et sera une bonne routière pour vous accompagner en douceur dans vos débuts. Le 3-cylindres de 81ch (en full) et 64 Nm promet du caractère. Son poids de 206kg et une selle fine (bien qu’à 832 mm de haut) annonce une moto facile à tenir entre les jambes. Comme toujours chez Triumph, c’est une moto bien équipée : double écran LCD et TFT, connectivité, ordinateur de bord, freinage Nissin double disque 310 mm à l’avant, etc. 

    La seule inquiétude viendrait du réglage des suspensions, pour lui donner un caractère de voyageuse confortable, mais aux suspensions limitées.

    Son tarif place le trail sur le haut du segment : 9 095 euros en prix de départ, soit 1000 euros de plus que le Versys de Kawasaki, et 1000 euros de moins que la BMW F900XR (sans options).

    Retrouvez l’essai de la Triumph Tiger Sport 660 sur A2riders.com

    Yamaha : MT-09 et R7

    Yamaha R7 (A2)
    © Yamaha

    Voilà un constructeur qui a décidé de donner aux A2 de quoi se faire les dents, les sliders et on l’espère rien de plus. 

    D’abord, il y a la R7, une sportive de 689cm3 et 73 chevaux, faite pour découvrir la piste et se prendre pour un apprenti pilote. Sous les carénages, il s’agit du châssis du roadster MT-07. Mais la R7 s’avère moins « fofolle » que le roadster. Un train avant plus rigoureux et une moto facile à conduire dans son ensemble. Il va y avoir quelques bonnes arsouilles avec les Aprilia RS 660 pour déterminer le futur Rossi des journées pistes.

    Yamaha MT-09 (A2)
    (c) Yamaha

    Pour les plus agités qui préfèrent se la jouer voyous des rues, il y a la MT-09 désormais accessible en A2. La MT-09, un roadster franchement pas raisonnable qui va passer à 95 ch pour être bridé en 35 kW. Yamaha cherche ainsi à booster les ventes du modèle. Le 3-cylindres est annoncé plus docile dans cette version A2. Mais s’il est trop docile, quel est l’intérêt par rapport à une MT-07 ? Mis à part le fait de ne pas vouloir passer pour un bébé motard ? 

    Zero Motorcycles : FXE et SR

    Zero FXE
    © Zero Motorcycles

    Oui, l’électrique aussi a le droit d’exister dans ce classement. Zero Motorcycle propose des motos parmi les plus aboutis du marché. En 2022, les Américains branchés ont fait beaucoup de mises à jour software et ont apporté une nouvelle génération de batteries, le tout pour une autonomie optimisée. 

    Surtout, moi, j’ai très envie de rouler le FXE juste parce qu’il me rappelle l’Aprilia SX 50 de mon adolescence. Le Zero FXE est un trail aux tendances supermotard, avec un moteur qui peut atteindre 34 kW en puissance de crête. La version A2 est de 21ch avec une puissance maximale de 44ch. De quoi taper du 137 km/h pour vider la batterie. Le couple est de 106 Nm, de quoi arracher du bitume. La batterie possède une capacité maximale de 7,2kWh, donc 2 fois plus que la précédente. L’autonomie annoncée est de 160 km en ville, 90 km en usage mixte, 64 km sur autoroute. Oui, ça reste une moto au rayon d’action limité. Mais vous pouvez charger sur du 220 V en moins de 10 h, ou une charge rapide complète en 4 h. Le tout pour 13 770 euros. Bon, je sens que je ne vous ai pas convaincu…

    Zero SR
    (c) Zero Motorcycles

    Sinon, il y a la Zero SR, un roadster avec un cadre treillis tubulaire, ça c’est bien non ? Et un moteur à pivot coaxial ZF75-10 ? Moi non plus, je ne sais pas ce que c’est. Mais on va apprendre ensemble. 

    En attendant, la SR annonce sur le papier 74ch et un couple de 166 Nm, de quoi changer régulièrement les Pirelli Diablo Rosso. D’autant qu’en puissance maximale ces chiffres montent à 113ch et 190 Nm. La magie de l’électrique. 222 kg en ordre de marche, ce n’est pas trop déconnant pour une boite de piles, une fourche inversée Showa de 40 mm, étriers radiaux J. Juan, ABS sur l’angle et forcément des modes de conduite, le tout pour 18 990 prix de départ. Si vous voulez avoir un power tank, c’est 4 091 euros de plus et le chargeur rapide c’est 3 600 euros de plus. Et oui, les USA, c’est le pays du capitalisme triomphant ! Mais vu la qualité de la moto, les économies d’entretien et d’essence, ça commence à faire réfléchir. 

    Enfin l’autonomie : 182km d’autonomie annoncée en usage mixte. On y est presque.

    Et vous, quelle moto de 2022 pourrait vous faire craquer ?

    3 thoughts on “Les nouveautés A2 en 2022

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :