New
Ducati Hypermotard 698 Mono - © A2 Riders
Actu
0

Un Hypermotard 698 Mono énervé pour débuter en A2 ?

Ducati vient de dévoiler un nouveau supermotard, avec un monocylindre qui se veut le plus puissant du marché. La bonne nouvelle, c’est qu’il est bridable à 35 kW et accessible aux permis A2. Mais est-ce une bonne idée pour débuter à moto ?

– Moteur Ducati Superquadro Mono, 659 cm3, puissance maximale de 77,5 ch à 9 750 tr/min, couple maximal de 6,4 kgm à 8 000 tr/min. Version A2 43,5 ch à 6 250 tr/min et 5 kgm à 5 750 tr/min.
– Cadre treillis tubulaire, poids de 170 kg environs
– Électronique Ducati complète
– Prix qui débute à 12 790 euros
– Disponible janvier 2024

Débuter en supermotard ?

Ducati Hypermotard 698 Mono - © A2 Riders

Beaucoup d’entre nous ont débuté avec un petit 50 cm3 supermotard. D’autres ont juste dévoré les videos de Kikaninac et ont décidé que c’était cool. Mais il faut reconnaitre que le supermotard ne fait pas rêver le grand public et qu’il s’adresse à un petit groupe restreint. D’ailleurs sur le marché, il faut regarder du côté de KTM/GasGas/Husqvarna pour trouver une machine digne de ce nom avec la 690 SMC R et ses dérivées. Pourtant, Ducati a décidé de se lancer sur ce segment pour venir draguer les jeunes motards en mal de pilotage et de sensations.

Après tout, le supermotard c’est une excellente arme pour apprendre à piloter, glisser, lever et faire pleins de trucs cools. Une bonne moto école, si on est un peu grand pour poser le pied parterre et un peu casse-cou pour tenter des stoppies. Sauf que les Italiens se sont mis en tête de vous filer une arme de guerre et de vous aider à en prendre la mesure, même si vous n’en avez pas le talent et les compétences.

En plus, cet Hypermotard a de la gueule et coche toutes les bonnes cases pour être une référence stylistique du genre : le garde-boue avant est positionné haut, la selle est plate et le garde-boue arrière réduit au minimum, renforçant le look agressif. Et que dire du double échappement placé sous la selle ? C’est juste beau et harmonieux à regarder. Et pour une fois, Ducati a fait un beau moteur, avec son traitement doré comme sur les V4.

Un moteur mono qui pète le feu

Ducati Hypermotard 698 Mono - © A2 Riders

Ce Superquadro Mono c’est en réalité un bicylindre en L coupé en deux. Mais pas n’importe lequel, celui de la Panigale 1299 à distribution Desmodromique. Le terme “Superquadro” qui signifie supercarré, vient des dimensions de son alésage x course, soit, 116 x 62,4 mm. Contrairement à un monocylindre avec un piston à longue course qui mise sur le couple, ce moteur, avec son piston large, est conçu pour tourner à des régimes élevés, avec un rupteur à 10 250 tr/min, ce qui est très haut pour un monocylindre.

Ce moteur parvient à produire une puissance impressionnante (pour un mono je précise) de 77,5 chevaux à 9 750 tr/min, le plaçant juste au-dessus de la KTM 690 SMC R, qui annonce 75 chevaux. Avec 63 Nm de couple à 8 050 tr/min, soit 6 de moins que la KTM, il y aura largement de quoi faire des wheelings, mais Ducati promet des accélérations plus linéaires que la Katoche, et donc plus faciles à exploiter que l’explosion brute de force de l’autrichienne.

Avec le bridage A2, qui se fait via l’électronique, vous aurez 10 Nm de couple en moins, disponibles à 5 750 tr/min et une puissance maximale de 35kW disponible à 6 250 tr/min. D’expérience avec les bridages Ducati, cela donne un moteur plus souple à bas régime, donc plus facile à exploiter notamment en ville, et une accélération moins violente. Et si vous avez peur de manquer de puissance en haut, ce n’est généralement pas frustrant sur les Italiennes, comme avec le Monster. Cela risque de ressembler à ce qui a été fait sur le nouveau Scrambler. Mais que les plus nerveux se rassurent, il restera de quoi lever facilement !

Le pilotage facile ?

Ducati Hypermotard 698 Mono - © A2 Riders

Les photos fournies par Ducati pour cette présentation laissent présager du bon, voir du très bon. Wheeling et prise d’angle extrême semblent au rendez-vous pour un supermotard taillé pour la piste. La position de conduite est étudiée pour permettre un coude à terre sans forcer. Enfin, il va d’abord falloir apprendre à poser le genou ou à sortir la jambe. Mais la moto ne pèse que 151 kg à vide (environ 170 kg avec le plein).

Ducati a injecté son ADN dans ce supermotard, et a travaillé sur le train avant et la fourche, pour ne pas avoir quelque chose de mou et flou, mais un vrai train avant précis et incisif. Ducati a travaillé sur les suspensions pour un comportement plus neutre, évitant le sous-virage comme c’est souvent le cas avec un supermot’, ce qui devrait faciliter le travail du pilote débutant pour arriver plus vite en virage et se mettre sur l’angle. La fourche inversée Marzocchi de 45 mm est entièrement réglable, tout comme l’amortisseur à l’arrière. Les pneus Pirelli, Diablo Rosso IV dernière génération, en 120/70 ZR 17 à l’avant et 160/60 ZR 17 à l’arrière, sont excellents au niveau grip et remontent bien les informations. Les jantes en alliage à cinq branches permettent de gagner en légèreté et de résister aux wheeling une fois que vous aurez bien en mains la machine. Côté freinage, un simple disque de 330 mm, spécialement développé par Brembo pour l’Hypermotard 698 Mono, est mordu par un étrier radial M4.32 à 4 pistons à l’avant et à l’arrière, c’est un simple disque de 240 mm. Mieux, ce serait du Stylema. Mais là, déjà, il y aura de quoi freiner vos ardeurs.

Finalement, son principal défaut, c’est sa hauteur de selle qui dépasse les 900 mm. Oui, c’est vraiment très haut, et même les grandes tiges auront du mal à poser le pied parterre. Pas très pratique pour la ville cette histoire, mais sur piste, on s’en fout non ?

L’électronique en copilote

Ducati Hypermotard 698 Mono - © A2 Riders

Si les puristes rabâchent à longueur de journée que l’électronique, c’est sale et qu’il faut apprendre à l’ancienne sans ABS, il faut reconnaitre que Ducati triche clairement en vous rendant meilleur pilote que vous ne l’êtes réellement.

L’Hypermotard 698 Mono dispose du package le plus complet de sa catégorie, comprenant l’ABS en courbe pour rater ses freinages, un contrôle de traction réglable pour accélérer trop fort, un anti-wheeling pour bourriner mais pas trop, un frein moteur réglable selon l’humeur, et même le Ducati Power Launch pour s’amuser à fumer tout le monde au départ. Le tout est accessible via un écran LCD de 3,8 pouces avec quatre modes de conduite (Sport, Road, Urban et Wet), entièrement paramétrables. Wet pour les noobs, Urban pour se balader à Paris sans attirer l’attention, Road et sport pour le reste du temps. En prime, pour apprendre à faire des stoppies, l’ABS est déconnectabe et réglable sur 4 niveaux. Si c’est plutôt la glisse que vous souhaitez maitriser, Ducati a inventé une fonctionnalité baptisée Slide-by-brake qui vous aide à gérer le frein arrière quand vous êtes sur l’angle pour vous envoyer gentiment en glisse dans les virages. Si avec ça vous ne faites pas mieux que Boris Chambon ou Kikaninac, je ne vois pas ce qu’il faut de plus… Ah si des options !

Pour ceux qui ont du mal à utiliser un embrayage, la moto est dotée d’un quickshifter up&down en option sur le modèle de base, mais inclus sur le modèle RVE. Pour les accessoires, Ducati propose un échappement racing Termignoni, des repose-pieds supermotard, des sliders et des protections de carters moteurs pour ceux qui repoussent sans cesse les limites. Le carbone est également à l’honneur, de la tête de fourche à l’échappement.

Une belle Ducati, à un prix raisonnable

Ducati Hypermotard 698 Mono - © A2 Riders

L’Hypermotard 698 Mono débarque en concession en janvier 2024 pour la modique somme de 12 790 € pour la version standard. La RVE avec son quickshifter et sa peinture Graffiti façon street coûtera 1000 euros de plus. Alors pourquoi j’ose dire que ce n’est pas un prix excessif pour une moto A2 ? Parce qu’avec la technologie du moteur, la grosse électronique embarquée et le charisme d’une machine Ducati, non, ce n’est pas cher ! Surtout que la concurrente KTM 690 SMC R est beaucoup plus rustique et à peine moins chère puisqu’elle est autour de 12 000 euros elle aussi.

Si j’avais encore mon Aprilia SMX 50, je le vendrais direct, je ferais péter le PEL et le Livret A, j’irais braquer ma grand-mère et je foncerais m’acheter cette machine qui transpire le pur fun. En plus comme ça, j’aurais moins l’air d’une quiche sur le circuit Carole pendant les trackdays ….

Vous appréciez A2 Riders ? Affichez votre soutien en vous abonnant sur Facebook et Instagram. Vous nous aiderez à faire grandir le site !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :