Équipement
    3

    Test veste Spidi Metromover : citadine polyvalente ?

    Difficile de trouver une veste moto qui fait suffisamment urbaine pour la porter en « civil » et qui tienne le coup pour affronter les intempéries et les dangers à moto. Pour ceux qui aiment le look sportswear urbain, voici donc la Spidi Metromover. J’ai passé 6 mois à rouler au quotidien et en balade. Alors ça vaut quoi ?

    Spidi, c’est une marque italienne, apparue dans les années 1970 et qui s’est fait connaitre sur les circuits, avec notamment un certain Kenny Roberts. Ces dernières années, Spidi propose 3 gammes : Adventure, Urban et Performance. Je pense que leur orientation est assez explicite.

    Spidi Metromover : elle mise beaucoup sur un look urbain et jeune

    Photo de touriste – © A2Riders.com

    Non, je n’ai pas glissé par erreur une photo de mes vacances en Italie. Vous allez comprendre pourquoi.

    Voici la veste pour citadins dynamiques qui circulent en 2-roues dans la jungle du trafic urbain. Une aventure quotidienne qui nécessite un équipement adapté. En plus, c’est la mode de l’aventure : scooter ADV, trails et autres scrambler, Spidi cherche à suivre la tendance en offrant un équipement qui correspond à ce genre de 2-roues

    « Tiens, j’aime bien ta veste, ça fait baroudeur », me lâche une amie avec qui je suis allé me faire une expo’. On ne fait pas plus parisien que ça. Pourquoi m’a-t-elle dit cela ? Très certainement parce que la Metromover reprend deux codes forts des vestes militaires M65 : des grandes poches droites, pour ranger ses grenades ou ici son portefeuille, et le col montant. L’autre inspiration, tout aussi militaire, c’est le « bombers », célèbre modèle MA-1 des aviateurs. Elle en reprend la coupe courte et décontractée et les manches resserrées aux poignets pour ne pas laisser passer l’air.

    © A2Riders.com

    Elle existe dans un très joli vert kaki pour renforcer ce look « baroudeur », mais j’ai préféré le bleu, parce que je suis plutôt un mec « peace and love » façon ONU. La capuche rajoute une touche de décontraction et de modernité qui fonctionne pour le look urbain et se porter sur un hoodie et avec des Air Jordan aux pieds. 

    Le tissu softcell rend la veste assez fine, légère et le tissu doux au touché. Les protections sont discrètes, et sans la dorsale, elle se porte sans problème dans le « civil ». J’ai même fait le touriste à Venise avec, en oubliant d’enlever les « pads » de protection aux coudes et épaules (les protections Warrior Lite sont homologuées de niveau 1). Je ne ressemblais pas à un motard et je n’étais pas gêné dans mes mouvements, surtout avec l’élasticité du softcell. Par contre, le tissu semble se détendre légèrement avec le temps, pas d’inquiétude donc si vous la trouvez un peu trop serrée au début.

    Ça, c’est pour le côté piéton. Maintenant quand on roule ça donne quoi ?

    Spidi Metromover : quel niveau de protection contre la météo ?

    © A2Riders.com

    Quand on a l’air un peu trop propre sur soi, c’est louche, surtout en bécane. La Spidi Metromover offre une protection honnête contre les éléments.

    Car la Metromover, c’est une histoire de couche : 3 pour être précis. 

    À l’extérieur, je vous ai parlé du softcellÀ l’intérieur, il y a la technologie H2Out qui est un tissu imperméable z-liner. Au milieu, la membrane Windout, faite de microfibres, coupe bien du vent et permet d’être isolé à l’intérieur.

    Cet hiver, j’ai expérimenté à plusieurs reprises la pluie sur le périphérique, en ville et sur voie rapide. Même au bout d’une heure, la veste tient le choc. Elle semble détrempée à l’extérieur, mais elle reste sèche à l’intérieur. J’étais bien isolé du froid et coupé du vent en roulant, et lors des premiers jours à plus de 20 °c je n’ai pas commencé à cuire à l’étouffé. Je vous reparle de mes vacances, mais en bateau à Venise en Mars, 0 degrès, ça caille et j’étais content de la porter plutôt que mon habituel cuir de bogoss des cafés. 

    Attention si vous êtes du genre à faire de longs trajets, des road trips, et beaucoup d’autoroute. J’ai testé avec un roadster sans carénage, l’air fini par passer au travers des fermetures éclaires qui ne sont pas complétement étanches. Donc l’eau et le froid aussi vont finir par s’inviter à l’intérieur.

    Mais la Metromover est une vraie veste de mi-saison, plutôt fin de printemps même. J’ai dû ma survie dans la froideur de l’hiver à une petite doudoune de chez Spidi : le Thermo liner.

    © A2 Riders

    Spidi met en avant le concept du Step-in wear, où vous avez une base et ajoutez les éléments selon vos besoins et les saisons. Sur la Metromover, Spidi estime que la plupart des gens portent déjà une doudoune fine en dessous et vous laisse donc le choix de la rajouter en renonçant à fournir une doublure thermique. C’est aussi un excellent moyen de vous faire dépenser 50 euros de plus si, comme moi, vous aimez attacher la doublure à la veste. Il y a des boutons pressions vous permettent de transformer la Metromover en une petite veste d’hiver, ou de mi-saison froide. Moi j’aime bien, parce que je n’aime pas devoir enlever 2 vestes, ça fait négligé au restaurant et je passe pour un frileux. Chacun son truc.

    Spidi Metromover : est-elle pratique ?

    © A2 Riders

    Enfin, parlons des aspects pratiques. 4 poches dont 2 immenses qui se ferment avec un velcro. J’ai fourré mon gros portefeuille, des clés, un portable, une commode, ce sont des trous noirs à objet ! Je regrette que ce ne soit pas un système pression ou zip pour les fermer. Heureusement, le « scratch » tiens le choc et ne s’ouvre pas facilement quand on pose la veste, donc je n’ai rien perdu. Il y a au même niveau, 2 poches pour les mains cachées derrière les poches principales, mais elles ne se ferment pas attention. 

    Pour préserver votre style et mettre en avant vos gros pectoraux (lol), Spidi a supprimé les poches au niveau de la poitrine : extérieur ou intérieur, c’est nada ! Dommage, moi j’utilise beaucoup ces poches intérieures pour y glisser mon portefeuille et mes papiers. Voilà, si vous êtes un pickpocket, vous savez où il faut chercher. 

    À l’intérieur, il n’y a qu’un filet en guise de rangement et il est situé au niveau du ventre. Du coup ça vous fait 6 poches, mais toutes au même endroit. Il va falloir faire attention, vous allez donner l’impression que vous avez pris du bide à trop remplir les poches !

    Terminons sur un bon point : la qualité de la veste. Finition, solidité, usure, la veste est bien assemblée, bien taillée et en donne pour son argent. 

    Spidi Metromover : mon avis

    © A2Riders.com

    C’est une veste polyvalente qui permet d’aider les indécis, à savoir quelle veste mettre au moment de partir : qu’il pleuve ou qu’il fasse une journée estivale, la Spidi devrait assurer pour le trajet boulot-dodo. Elle servira aussi de veste de tous les jours quand vous ne roulez pas. Par contre, le baroudeur devra rester dans un environnement civilisé sous peine de lui trouver des limites. 

    Quant à l’idée du step-in-wear, chacun se fera son avis sur le côté pratique. Mais surtout, cette philosophie oblige à rajouter 40 euros pour avoir une dorsale qui n’est pas fournie avec, et 50 euros pour une doublure chaude qui s’attache. Ce qui n’enlève en rien à la qualité de la Spidi, qui reste attractive au niveau du tarif.

    Prix : 238 euros sur le site de Spidi mais elle se trouve à moins de 200 euros chez les revendeurs.

    Comme toujours, n’hésitez pas à me poser des questions s’il vous manque des informations.

    J’ai aimé :

    • Qualité de fabrication
    • Look
    • Légère

    J’ai moins aimé :

    • Pas de poche intérieure
    • Il faut acheter plusieurs pièces pour avoir une veste complète

    Fiche technique ici

    3 thoughts on “Test veste Spidi Metromover : citadine polyvalente ?

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :