ActuTop 5
    10

    Top 5 des motos néo-rétro A2 en 2022

    Pour vous, moto rime avec élégance, héritage et propre ? Vous portez une chemise en jean parfaitement repassée et vous ne jurez que par Royal Enfield, Triumph, Moto Guzzi ou BSA ? Steve McQueen est votre idole ? Ce Top 5 est fait pour vous !

     » Celui qui a le contrôle du passé, a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent, a le contrôle du passé. » Pas mal de débuter par une citation de George Orwell, non ?

    Les néo-rétros ce sont ces engins qui jouent sur la nostalgie et font survivre une certaine vision de la moto qui ne vise pas la performance, mais le plaisir. Le plaisir de rouler à la cool, en prenant le temps d’ouvrir ses cinq sens. Le plaisir d’admirer un objet qui raconte une histoire, mais qui corrige les problèmes du passé grâce aux progrès de la mécanique et de la technologie.

    Dans ce top 5, la faute de goût n’est pas tolérable. Du choix du casque jusqu’au bout de la basket Vans, il faut être parfaitement accordé à sa monture. Après tout, sur ce genre d’engins, les gens auront le temps de vous regarder passer.

    Mais qu’est ce qui fait une bonne néo-rétro ? 

    • Une gueule.
    • Un héritage.
    • Une moto agréable à rouler à 50 km/h.
    • Position de conduite décontractée.
    • Une touche de modernité contrôlée. 

    Ce Top 5 cherche un équilibre parfait. Le Ying du quotidien et de la vie réelle et le Yang du passé fantasmé. 

    Les mentions

    Comme le veut la tradition A2Riders, les mentions. Hommage à ces motos qui ne rentrent pas dans le Top 5 mais qui méritent qu’on parle d’elles.

    Triumph Bonneville T100

    Nous n’avons pas commencé et déjà je blasphème ? Non, ceci est un hommage, un César d’honneur !

    THE Classic, la référence, le mètre étalon. La Triumph Bonneville est une icône qui nous vient tout droit des années 60. Demandez à un enfant de vous dessiner une moto, il vous gribouillera une Bonneville. Son moteur, le Twin à l’anglaise, a survécu à l’épreuve du temps pour parvenir jusqu’à nous sans avoir changé ou presque, à quelques fuites d’huile près.

    La « Bonnie » 2.0, a été la précurseuse dans la mode du néo-rétro, en mélangeant les souvenirs nostalgiques et la coolitude de son VRP Steve McQueen. Une position droite pour piloter fièrement, un moteur avec du couple (81 Nm de couple dès 3 750 tr/min en version full) pour ne jamais perdre son flegme et surtout une élégance intemporelle, la Bonneville T100 c’est la moto « classique » par excellence. Mais le temps est passé, la Bonnie s’est embourgeoisée. C’est une mémère un peu lourde avec ses 228 kg (tous pleins faits), pas très dynamique et bien trop chère. La Bonneville, est devenue la moto des cadres sup parisiens qui font leur crise de la cinquantaine, alors que la concurrence a fait souffler un vent de fraicheur pour séduire les jeunes urbains branchés.

    Peu importe, car la T100 (version accessible aux A2) est une moto à part dans l’imaginaire collectif et mérite mieux que d’être placé dans un Top 5.  Long live the queen !

    Prix : à partir de 11 995 euros.

    BMW R Nine T

    © Hamdi Ben Lagha – A2Riders.com

    Il y a un truc néo-retro sur cette moto, probablement dû à sa ligne et surtout au moteur flat-twin. Mais cette BMW est une vraie moderne, elle n’a pas d’héritage, sauf une lointaine ressemblance avec la R75/5, et encore. 

    Le flat-twin 1200cm3 bridé en A2 propose du couple à vous tirer sur les bras avec 112 Nm à 5 750 tr/min, une expérience rare en A2 et en néo-rétro. Et ses 219 kg se font oublier grâce à son centre de gravité au ras du sol. Il faudra juste éviter de béquiller en pente.

    C’est beau, épuré, élitiste, facile, performant, bourré d’électronique et personnalisable à souhait. Mais c’est presque un peu vulgaire pour un Top 5 néo-rétro. N’empêche, il y a un truc.

    Si elle vous plait, retrouvez l’essai de la BMW R Nine T Pure version A2.

    Prix : à partir de 13 500 euros

    BSA Gold Star

    BSA, the mother of all !

    La marque britannique légendaire qui a presque inventé la moto. Les Indiens de Mahindra l’ont ressuscité pour le plus grand bonheur des nostalgiques et autres vieux c*ns. Un gros monocylindre de 652 cm³, old school qui développe 45 ch et 55 Nm de couple. Une moto qui se traine, mais qui le fait bien. L’envie de rouler à la cool, sur un morceau d’histoire, tout en profitant de la technologie moderne pour freiner, tourner et rouler plus de 10 km sans devoir réparer.

    Elle n’est pas dans le Top 5, pourquoi ? Parce qu’elle n’est pas encore disponible en France. Shame.

    Prix : à partir de 7 650 euros, mais au Royaume-Uni ! Il faut encore patienter un peu pour voir les Anglais débarquer chez nous.

    Kawasaki Z 650 RS

    © Hamdi Ben Lagha – A2Riders.com

    Qu’elle est jolie cette Z650 remaquillée ! Kawasaki a fini par céder aux demandes de voir décliner une Z900RS en version 650 cm³. L’adaptation du petit roadster est réussie et l’hommage aux 70’s et à la Z 650 B1 de 1977 est indéniable : un vert iconique avec jantes dorées, un feu avant rond comme il se doit, un double compte-tour rond, un réservoir goutte d’eau, tout est là.

    Sauf que le moteur de la Z650 n’a pas été relooké et fait un peu tâche. Comme le radiateur qui semble avoir été posé en dernière minute, et je ne parle pas de l’échappement qui ne respire pas franchement les seventies. Si nous étions dans une émission de TV sur M6, nous parlerions de « homestaging » pour mieux vendre un bien.

    Si le prix reste abordable, les verts vous ferons payer la nostalgie : 8 799 € pour la version verte candy emerald contre 7 749 € pour la Z650 normale. 

    N’empêche, elle reste accessible, facile et joueuse. C’est une bonne moto, mais elle ne parvient pas à se glisser dans le Top 5, pas assez rétro dans l’âme. Surtout que Kawasaki peut y placer une autre moto de sa gamme.

    Retrouvez l’essai A2 Riders de la Kawasaki Z 650 RS 

    Prix : à partir de 8 649 euros

    Yamaha XSR 700 et 900

    Je mets les deux dans le même papier, car l’idée est la même.
    Oui, c’est une néo-rétro puisqu’elle reprend les codes des motos des années 80 et 90. Toutes les deux sont des MT rhabillées pour séduire un public plus « mature ». Mais à mes yeux, cela ne fonctionne pas et je ne vois qu’une moto moderne, un peu plus épurée au niveau du design. La peinture spéciale et les pneus au look rétros ne me feront pas changer d’avis.

    En conséquence, comme pour la Z650RS, une veste en tweed marron et col pelle-à-tarte ne suffisent pas pour passer dans le top 5, surtout quand on garde ses Nike aux pieds.

    Mais je tiens à préciser que la XSR 900 est une vraie moto performante, avec un moteur CP3 trois-cylindre rageur et désormais disponible en version bridée A2 ! D’ailleurs, je rêve que Yamaha m’appelle pour me forcer à essayer cette moto afin de me faire changer d’avis. Oh, oui, ce serait une vraie punition… 😀

    Entre tradition et modernité, les deux XSR permettront donc de porter votre casque Bell Bullitt et de faire des wheelings !

    Prix : à partir de 8 699,00 €  pour la XSR 700 / à partir de 10 999,00 € 

    Suzuki SV 650

    Juste pour la blague puisque cette moto n’a que peu changé depuis plus d’une décennie, ou presque. N’empêche : phare rond, moteur en V sympa, réservoir goutte d’eau, une histoire, la SV est une néo-rétro malgré elle. 

    Et vous avez remarqué ? La photo officielle n’est même pas disponible au bon format. So 2001, lol.

    Prix : à partir de 34 952,13 Francs

    Top 5 des néo-retro A2

    Ayant déjà usé mes meilleures blagues sur les chemises à carreaux et les pintes d’IPA à 10 euros pour le Top 5 des Scramblers, je vais oublier l’introduction et aller directement aux 5 meilleures néo-rétros A2 selon moi.

    5. Royal Enfield Classic 350

    Dans la gamme 350 de Royal Enfield, il y a la Meteor, un petit cruiser au style un peu kitsch, mais attachant. Il y a la Hunter, le roadster hipster urbain. Et il y a la Classic. Toutes sont des petits monocylindres de 350 cm³, toutes basées sur la plateforme-J, toutes reprennent les codes néo-rétro qui font l’identité de la marque indienne. Mais il y en a une qu’une seule qui rend hommage au mythe : la Bullet 500, l’icône de la marque qui a traversé les âges.

    Haaa la Bullet ! La moto de ceux qui ont réussi en Inde. Une icône désormais disparue. La Classic 350 n’est qu’une Meteor relookée, mais la nostalgie fonctionne, et à son guidon, l’on retrouve ce plaisir de rouler les pieds en avant, le dos droit, et la poignée de gaz souple qui distille le doux couple du long mono. L’incarnation du « traine couillon », avec une zone rouge du régime moteur à 6 100 tr/min et une Vmax de 114 km/h que personne n’a jamais cherché à atteindre. Tout est plus beau en slow-motion !

    Mais bon, ce n’est plus une Bullet. D’ailleurs, RE n’a pas eu le mauvais goût de reprendre le nom pour l’appeler simplement « Classic » à la place.

    Prix : À partir de 4 990 euros

    4. Triumph Speed Twin 900

    Je voulais mettre la Street Scrambler 900. Mais elle est déjà bien placée dans un autre Top 5 (oui, celui des Scramblers).

    Alors, je me suis tourné vers la Speed Twin. Une interprétation moderne et libre de la Bonneville. D’ailleurs, chez Triumph, on ne parle pas de « néo-rétro », c’est vulgaire. On parle de Modern Classic.

    Une moto élégante, qui travaille son esthétique en sobriété et soin dans les détails. Son Twin parallèle de 900 cm³ reste doux et facile à bas régime avec 80 Nm de couple à 3 500 tr/min (en version full). Une moto avec modes de conduite, anti-patinage, ABS, port USB, feu arrière à LED et j’en passe

    Mais que fait-elle si haut dans ce Top de la pureté historique ? Parce que c’est la véritable héritière de l’esprit Bonneville, son interprétation libre et moderne. Celle que prendrait Steve, King of cool, s’il était A2, car Steve est un homme de son temps. Et pourtant, à regarder comme à piloter, c’est une Triumph au sens « classic » du terme, c’est indéniable. Suffisamment chic pour la ville et suffisamment choc pour les balades entre potes, toujours cool quand on monte dessus, lunettes Persol sur le nez.

    Pas besoin d’être en charentaises pour rouler une néo-rétro !

    Prix : À partir de 9 745 € my dear !

    3. Moto Guzzi V7 850 (speciale)

    Non, mais regardez-moi cette beauté italienne !

    Un bicylindre en V qui fait face à la route, un couple de renversement qui la fait se balancer de droite à gauche à l’arrêt, et une élégance qui sent bon l’Italie des années 70, voilà une vraie néo-rétro au caractère singulier.

    Pour les permis A2 qui entament leur vie de motard, c’est une moto douce, facile à prendre en mains et qui vous donnera le sourire à chaque hectomètre roulé.

    En plus, Guzzi a eu la bonne idée de la faire évoluer en 2021 en lui greffant le moteur 850 cm³ du trail V85TT, qui lui confère plus de polyvalence pour accéder aux autoroutes. 73 Nm à 5.000 tours/minute et une puissance max atteinte avant les 7 000 tr/min, ce n’est pas un foudre de guerre, mais une invitation à la Dolce vita ! Eh m*rde, je suis tombé dans le panneau du cliché ! Tant pis, cela valait le coup.

    Je privilégie la version « speciale » pour son double compte-tours rond, ses jantes à rayons, et ses chromes. Rendez-vous sur les routes de Toscane ou de Californie, Ciao !

    Prix : à partir de 9 199 euros. 

    2. Kawasaki W800

    Vous sentez l’amour dans mon regard ? Ce n’est plus un secret, je porte cette Kawasaki dans mon cœur. Ça vibre et ça vit, c’est un peu lourd, mais le moteur à couple conique qui déploie 62 Nm à 2500 tr/min, vous invite à surfer sur la route, dans le gras du régime moteur, plus qu’à piloter.

    C’est peut-être le moteur BSA le plus pur qui nous est parvenu dès années 60. Celle qui était alors la Meguro, était une évolution de la licence BSA. Racheté par Kawa, devenue W, cette moto n’a que très peu évoluée à travers le temps. Juste ce qu’il faut pour rester cohérente et en adéquation avec son temps.

    Certainement l’une des plus jolies de ce classement, elle aurait pu être la Bonneville Japonaise. Mais le succès n’a jamais été là. Pourquoi ? Dans son essai, je vous racontais l’histoire de ce rendez-vous manqué. 

    Prix : À partir de 11 295 euros

    1. Royal Enfiel Interceptor / Continental GT

    Voici la moto qui a fait entrer Royal Enfield dans le 21e siècle. Cette moto, c’est plus qu’un moment de nostalgie, c’est un hommage. Non, c’est une déclaration : le beau est intemporel !

    Il s’agit bien d’une réinterprétation moderne de la moto anglaise classique et de l’Interceptor des années 60. D’ailleurs son moteur bicylindre parallèle de 650 cm³ est un descendant direct du twin so british qui a fait vibrer des générations.

    Old school mais pas désuète, la twin est polyvalente avec 52,3 Nm à 5 150 tr/min dont la grande partie disponible dès 2 500 tr/min, pour rouler nonchalamment, et 47 ch à 7 150 tr/min, pour faire péter les limitations de vitesse un soir de colère, tout en gardant son permis.

    Cette version moderne de l’Interceptor a aussi gagné en qualités dynamiques avec un vrai bon châssis (conçu par Harris performance) et bons équipements, modernes qui tiennent la route en 2022. Une moto facile, intuitive, qui fait simple, mais ça marche !

    Avec l’âge de la maturité, cette moto n’est plus l’apanage des hipsters et autres bobos parisiens pressés de la saccager dans des préparations douteuses à base de bande thermique sur les collecteurs.  C’est la moto de ceux qui ne veulent pas une lame pour prendre du plaisir seulement à l’attaque, mais ceux qui veulent retrouver cet esprit perdu de la moto, celui du plaisir simple de rouler.

    Et pour ceux qui préfèrent le look Café Racer, pour se casser les poignets avec des demi-guidons en roulant au ralenti, il y a la Continental GT. La même, avec une bulle et une position de conduite revue.

    Et malgré une finition un peu en dessous des autres motos du Top 5, c’est certainement le meilleur rapport qualité-prix ! En tout cas, c’est l’une des meilleurs A2 disponible sur le marché.

    Prix : À partir de 6 490 euros. 

    Bonus : l’avenir s’annonce riche pour les néo-rétros

    Triumph va sortir une « mini »Bonneville, conçue en partenariat avec l’Indien Bajaj. Honda va faire revivre le scrambler CL500. Et Suzuki qui ne touchera toujours pas à la SV. Que du bonheur !

    Oubli, blasphème, illumination ou envie de venir râler pour rien ? Je vous retrouve avec plaisir sur le Facebook de A2Riders et le compte Instagram A2 Riders !

    10 thoughts on “Top 5 des motos néo-rétro A2 en 2022

    1. Ça fait plaisir de voir la sv650 dans un top c’est une tellement bonne moto. Bon rapport qualité prix. Oui mais elle n’a pas changé nanana… ben oui c’est ça son charme. A bon entendeur !

    2. trés bon choix, perso j ai une interceptor et Madame la speed 900 (ex street twin). J aurais bien rajouté la Kawasaki 900rs, même si pas A2..2 ans à attendre snif.
      bon ben je prends la Guzzi.

    3. ET la fort jolie et très attachante Kawasaki W 650 ? elle compte pour du beurre ? J’ai été dans ma jeunesse l’heureux proprietaire d’un Triumph bicylindre mono carbu de 500 cc ( T 100 je crois) et avec cette W 650 que je viens d’acquerir,j’ai le plaisir d’un vrai voyage dans le temps sans les fuites d’huile mais avec la possibilité de démarrer avec un kick !! D’ailleurs la W800 ne lui arrivant pas à la cheville pourquoi l’une et pas l’autre ?

      1. Réponse assez simple : elle n’est plus produite ! Je ne prends en compte que les modèles encore présents dans les catalogues des marques. Cela m’a évité de devenir fou au moment de faire ce Top 5. Donc on parle de la W800 plutôt que de la 650.

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :