A2 Rideuses
    0

    A2 Rideuses : la femme est-elle une beauf comme les autres ?

    Ultramoule, karaoké, sexo drink et yoga, le festival Femmes et moto joue les clichés entre deux balades. Oui, les femmes revendiquent leur droit à la beaufitude et surtout à une place à part entière dans le monde la moto. Immersion dans la moto au féminin.

    Le Festival Femmes et moto s’est tenu fin septembre. Une petite réussite pour son organisatrice puisqu’elle a réuni plusieurs centaines de personnes pour cet événement et a convaincu quelques marques de venir soutenir la cause. Si l’idée était de faire de la moto entre girls et de s’émanciper de la domination motarde masculine, c’était aussi (et surtout ?) l’occasion de passer un weekend à faire la fête. Alors, il fallait une envoyée spéciale prête à se sacrifier pour le journalisme afin de ramener un reportage undercover. Les gars, restez dans le coin, vous allez découvrir des choses…

    Pour ce rendez-vous A2 Rideuses qui raconte la moto au féminin, j’ai demandé à Céline de s’y coller. Céline est une actrice du monde de la moto, car elle a lancé une marque d’équipements motos féminins enfin, qui casse les codes : 2MilesSix.

    Il faut toujours commencer par un road trip !

    Honda CB500X – © @essensestudio pour A2Riders.com

    Il fallait que ce soit une vraie aventure moto. « Et si tu prenais une petite Honda CB500X, afin de voir si elle tient la route en voyage ? », me lâche Julien, déçu de ne pouvoir venir au festival. Cherche-t-il à se venger ? 1800 km à rouler seule pendant trois jours, sur une moto réputée être une citadine. C’est déjà un petit défi. Je sangle mes bagages, savoure la présence d’un top case qui ne fait pas très baroudeuse, mais qui s’avère pratique, et en route.

    Malgré mon expérience, je continue à faire des erreurs de débutantes. Un exemple ? Paris-Auxerre avec les mains congelées parce que je n’avais prévu qu’une paire de gants mi-saison, bien usés. Heureusement, la CB 500 X cultive son côté bourgeoise avec des poignées chauffantes. Je traverse le Morvan et le Haut Beaujolais par de petites départementales au revêtement plus ou moins bon. Je reste vigilante, mais je profite des paysages sous un soleil radieux qui réchauffent mes mains. La fin de journée sera moins douce, dans les bouchons lyonnais. Pas les petits restaurants, mais la remontée de file. 550 km dans les jambes, moto chargée, lumière entre chiens et loups, ce n’est pas l’exercice que je préfère, mais la moto s’y prête avec bonne volonté.

    Festival Femmes et moto – A2Riders.com

    Le lendemain direction Grenoble où je rejoins une motarde pour finir le voyage aller ensemble. Nous ne nous connaissons pas, mais grâce au festival, nous allons partager des bons moments, un bungalow et 200 km de route. Les fabuleuses routes de montagne, bien bitumées, nous pousseront à hausser le rythme et même à 47,5 ch, on peut prendre du plaisir, et en prendre plein les yeux, avec la vue sur les sommets. Arrivée sur l’aérodrome qui accueille le festival, situé sur un plateau d’altitude, entouré de montagnes, la vue est dégagée à 360 degrés.

    Arrivées au festival, l’ambiance est décontractée, féminine, mais pas girly. Jusqu’au moment où il va falloir hurler « clito » pour répondre à une question ou simuler un orgasme au micro. Fallait-il en passer par là pour rassembler les motardes ? « J’aime jouer avec les clichés, m’en emparer pour les déconstruire » c’est la philosophie de Laetitia (@L.a.e.t.y), animatrice décomplexée du sexo drink qui a ouvert les soirées du vendredi et du samedi. Elle mettra également le feu au Karaoké en chantant « Alice ça glisse » tout en remerciant le chanteur pour sa misogynie. Assumant aussi de reprendre le pouvoir sur qui on est par la sexualité, Alice Peuple, la créatrice de l’évènement, a voulu que les femmes « s’affranchissent de ce qu’on attend d’(elles), qu’elles prennent leur place dans le monde de la moto » en faisant la fête. Déconstruire les références, amener une touche personnelle au milieu motard pour s’y sentir à notre place, c’est la volonté du festival. 

    Exclure les hommes en guise de thérapie de groupe ?

    Festival Femmes et moto – A2Riders.com

    À quel moment un festival, pensé pour les femmes, devient un festival perçu comme « anti-homme » ? C’est un reproche qui a été entendu. À mon sens, la vraie question est : pourquoi messieurs vous sentez-vous autant concernés par l’univers de la moto que vous ne pouvez pas vous empêcher d’y mettre votre grain de sel ? Auriez-vous eu le même sentiment d’exclusion s’il s’agissait d’un festival « bien-être et thalasso » ? Interrogé sur le sujet, un ami me dira « c’est normal de refuser l’entrée aux hommes, on est tous des bourrins, on le gère plus ou moins bien, mais on reste des bourrins ». 

    Au-delà du terme « bourrin », nos fonctionnements sont différents, nos rythmes d’apprentissages sont différents, je l’évoque dans l’article « la femme est-elle un motard comme les autres ? », certaines femmes ont besoin de moments sans regard du sexe opposé. En poussant la réflexion, si on accepte les hommes qui se disent « bienveillants », comment gère-t-on l’acceptation à l’entrée du festival ? Les critères sont plus complexes qu’une paire de basket à l’entrée d’une boite de nuit VIP.

    Beaucoup d’évènements moto sont organisés pour les hommes, on est sur un fait historique, la moto est un monde essentiellement masculin, les évènements ont par conséquent des activités très masculines. Les femmes peuvent ne pas y trouver leur compte.
    Vous voyez, même sur ce papier, votre côté « omniprésent » ressort, j’écris sur un festival féminin, mais le masculin prend un paragraphe complet. Ne vous méprenez pas sur mes mots, comme le dit Sabrina (@vitalunaspirit) dans une story sur le festival, « les hommes, on vous aime ! ». 

    Les hommes tous OSS 117 ?

    Festival Femmes et moto – A2Riders.com

    Karen (@Ducatbykaren) et Claire (mécanicienne chez Honda) parlent de l’univers masculin lors de la session d’échanges sur les femmes en mécanique. Elles ont dû faire deux fois plus d’efforts pour être reconnues comme professionnelles et à la moindre erreur, leur réputation risque plus que celle d’un homme. Souvent prise pour la secrétaire, Karen n’en veut pas à ceux qui lui ont mené la vie dure « ce n’est pas leur faute, la société leur a appris à penser comme cela » et régulièrement, elle disait aux clients « la secrétaire, c’est l’homme au fond dans le bureau », second degré et jouer avec les clichés pour les déconstruire…

    Juliette a eu son permis en juillet 2021. Depuis décembre, elle a parcouru 6 000 km au guidon de sa Ducati Scrambler 800. Elle est ingénieure mécanique dans la vie civile, elle ne travaille qu’avec des hommes et dirige des hommes plus âgés qu’elle. Lorsqu’elle a entendu parler du festival, elle a tout de suite eu envie de tester une ambiance entre femmes. Elle s’est impliquée en tant que bénévole pour partager ces deux jours de façon plus intense. Et elle a kiffé ces deux jours.

    La peur d’être jugé par les hommes

    Festival Femmes et moto – A2Riders.com



    À l’inverse, Aude a été incité à venir par une copine qui avait pris les places pour elles deux. Elle est arrivée dans le même état d’esprit qu’un festival mixte et sans attente particulière. Je l’ai rencontré au bord de la piste d’initiation off-road par Air Globe, elle venait de faire sa deuxième heure dans le week-end. Deux heures où, elle, qui a passé son permis il y a 4 mois, a dépassé ses appréhensions et a appris la différence entre conduire et piloter une moto. Elle repart à Manosque conquise par l’ambiance féminine et bienveillante.

    Je tombe enfin sur un homme ! Julien (un autre), qui aura assuré deux jours complets au bord de la piste organisée pour l’occasion afin d’enseigner les rudiments du tout-terrain. Lui qui « aime enseigner aux femmes, car elles réfléchissent avant d’agir » a fait l’unanimité auprès des participantes. Il parle équilibre, centre de gravité, danser avec sa moto : la salsa très précisément. Les exercices s’enchainent, aucune ne tombera pendant les deux jours, ce qui était la peur de chacune. Prises par l’appréhension de ne pas aimer, d’être mauvaise ou de ne pas tenir physiquement, elles n’osaient pas franchir le cap d’une journée de stage ou ne savent pas où chercher. Alors juste un essai d’une heure, elles ont signé rapidement. Gwen, Pauline, Romane, Claire, Laetitia, sont enthousiastes, le format d’une heure, qui leur a mis le pied à l’étrier, est finalement trop court. Elles y reviendront sûrement et oseront alors se frotter aux cours mixtes.

    Séverine (@pradoseverine) part pour une balade d’une heure et demie dans les chemins environnants et m’invite à la suivre. Avec ma petite CB 500X je doute un peu. Mais avec des pneus mixtes et le côté trail, je finis par tenter le coup. La balade est facile, l’idée est de découvrir les montagnes autrement. Je ramène la petite Honda sans encombre. Mais les derniers mètres me seront fatals. De la boue argileuse, l’arrière patine, je tente de garder le contrôle, pose les pieds, mais je glisse dans la boue, en douceur. Le levier de frein de la Honda y laissera un bout de son âme, moi un bout de mon égo. J’aimerais vous dire que je l’ai relevée toute seule. Mais la solidarité féminine était plus forte. 10 motardes, comme une seule femme, pour relever la bécane.

    Un festival pour échanger et apprendre

    Festival Femmes et moto – A2Riders.com

    Les groupes de motardes se font et se défont au gré des activités, balades, ateliers, entretien par Claire, mécanicienne. Pour ma part, après avoir posé la moto sous abri, je rejoins le roller au sec dans un des hangars de l’aérodrome lorsque la pluie dense s’invite sur l’évènement. Des roues, une question d’équilibre et de centre de gravité, c’est presque de la moto, non ? Puis, nous parlons moto, surtout route et partage d’expérience, on promet de s’échanger les roadbook des roadtrips déjà faits pour certaines et en préparation pour les autres.

    Les conversations s’arrêtent pour écouter les aventures de Kate (@Katemissadventure) qui s’est lancée dans le rallye Rose des Sables alors qu’elle n’avait jamais mis les roues hors du bitume, fanny, (@fanette_cyclette) qui a arpenté l’Australie en 3 ans et 75 000 km seule sur sa DR650. Ou encore Malorie qui a fait le tour du monde sur sa Harley de 450 kg avec Eric Lobo, son compagnon. Comme elle le dira, pour repartir, elle préparerait sa moto différemment. La préparation était très bien faite, mais adaptée à son compagnon et non à elle, car elle n’avait pas d’expérience contrairement à lui.

    Cela rejoint la présentation de SW motech qui distille des informations pratiques sur la préparation d’un voyage. Elle insiste sur le fait que la moto et les bagages doivent être adaptés à notre besoin, c’est en voyageant qu’on apprend ce qui nous convient ou ce qui est rédhibitoire. S’inspirer de l’expérience des autres pour se créer la sienne.

    Toute première fois

    Festival Femmes et moto – A2Riders.com

    On se retrouve autour d’une bière locale le soir, à refaire le fil de la journée. Puis on se réchauffe en dansant grâce à l’énergie communicative d’Ultramoule, groupe de punk à chatte comme elles se décrivent, très militant, mais dont la technique irréprochable est réellement au service de leur énergie. Je les préfère dans leur reprise d’« Allumer le feu » où elles changeront « les diables et les dieux » par leur pendant féminin, aux paroles « lèche-moi le bout, le bout, le bourrelet », finesse du détournement ou paroles graveleuses, les avis sont partagés. 

    Alice revendique ces différences d’avis, « je fais des propositions, à chacune de composer son festival en fonction », explique-t-elle, avant de préciser, « si le sexo drink ne les intéresse pas, elles peuvent ne pas y participer ».

    Certaines participantes trouvent d’ailleurs qu’il y a un manque d’activités pour le prix de l’entrée, ou que les balades pourraient être gratuites, la majorité a signé par solidarité pour l’idée de rassembler les motardes, c’est une première édition, il faut lui donner l’impulsion de grandir.

    Honda CB500X – © @essensestudio pour A2Riders.com

    Dimanche 14h, les bénévoles s’activent à replier la scène et les tentes, c’est le départ, j’ai 200 km pour mon étape du jour. 4 membres du @c.u.n.t-c.l.u.b-sisterhood, avec patch dans le dos, rejoignent leurs motos devant moi, je les interpelle et leur demande si elles ont aimé. Le cri vient du cœur et elles sont prêtes à signer immédiatement pour la prochaine édition. Elles ont rencontré d’autres motardes et ont fait pleins d’activités sans se poser la question du regard extérieur « C’était un moment de partage, féministe, mais pas extrémiste » conclut l’une d’elle. C’est le moment du retour à la vie réelle, rechargées à bloc de ces partages et rencontres, ressourcées, reboostées, heureuses d’avoir vécu la moto différemment des propositions habituelles.

    Mon road trip retour ressemble à une mise à l’épreuve de ma patience, comme pour valider l’esprit motarde : 600 km en une journée, dans le brouillard puis sous la pluie. La petite Honda CB 500 X ne démérite pas sur ces routes de montagne détrempées. Une fois le soleil revenu, pour occuper mon voyage redevenu calme, je me suis lancé un défi consommation. Quand un constructeur annonce un réservoir de 17,5 L pour 3,5 L/100 km de consommation, je ne résiste pas au défi de vérifier ses dires. Monsieur Honda est réaliste, j’ai fait 450 km avant la réserve et j’ai remis 15 litres d’essence, ce qui est plus qu’honorable. 

    Un petit bilan pour terminer ? Homme ou femme, la moto rassemble et permet de partager une passion commune. Être entre femmes permet de se sentir un peu plus libre. Mais déjà le prochain week-end moto s’annonce pour moi et je serai à nouveau seule dans un monde d’homme. 

    Le budget pour vivre la moto au féminin le temps d’un weekend :

    • Entrée : 74€ (59€ + adhésion obligatoire à l’association : 15€)
    • Balade route : 15€
    • Balade off-road : 25€
    • Initiation tout-terrain 1h moto et protections fournies : 60€
    • Baptême de l’air : 50€/80€
    • Food-truck : part de pizza et pâtes à 3€
    • Bières locales : 3€
    • Logement : camping à côté 7€ l’emplacement tente et le déplacement

    N’hésitez pas à échanger avec Céline en commentaire. Et retrouvez les vêtements de sa marque sur son site 2MileSix.com

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :