Actu
    3

    Ducati sort un nouveau Monster SP, pour A2 énervé ?

    Il a bien changé le temps où les permis A2 devaient se contenter des entrées de gamme ou des vieux tromblons. La preuve, Ducati sort une version SP de son Monster, rouge pétant, suréquipé et accessible aux motards un peu verts. Bonne ou mauvaise idée ?

    Ducati Monster SP : une vieille histoire

    Dans les années 90, en pleine heure de gloire des sportives carénées, Ducati casse les codes et débarque avec le Monstro, un roadster naked ultramoderne, aux performances rivalisant avec les meilleures routières de l’époque. C’est le début d’une légende qui va perdurer jusqu’aux années 20 de notre siècle.

    Cela fait maintenant deux ans que le Monstro est devenu nuovo. D’une petite boule de nerfs, le Monster est devenu une moto facile qui permet de prendre du plaisir dès les premiers tours de roue. Je vous en avais parlé sur le site, en perdant son cadre treillis pour gagner du poids et en passant à la modernité, Ducati a semblé trahir son icône.

    Mais le Monster nouvelle génération est une excellente moto, joueuse et agile et j’ai pris beaucoup de plaisir quand je l’ai essayé.

    Son cadre périmétrique en aluminium est dérivé de la Panigale, son moteur Testastretta 11°, un bicylindre en V de 937 cm³ et toujours à distribution desmodromique. Un engin, descendant direct du légendaire 1198 cm³, qui a martyrisé la compétition en Superbike.

    111ch, 93 Nm de couple et 188 kg (tous pleins faits) sur la balance, le Monster a gardé son âme de streetfighter, n’en déplaise aux gardiens du temple.

    Dans les années 90 aussi, Ducati lance les versions SP, pour Sport Production. Des motos mieux équipées, plus légères, orientées vers la sportivité, mais taillées pour la route et non pas condamnées à hanter les circuits.

    Forcément, le SP colle parfaitement au petit monstre de roadster. Et en 2022, le Monster SP devient le haut-de-gamme, le Monster le mieux équipé et le plus cher, devant le Monster + et la version de base, tous équipés du même Testastretta 11° de 937 cm3.

    Alors, quelle est la différence ?

    Ducati Monster SP : une gueule qui se démarque

    Forcément, la première différence que l’on remarque, c’est son coloris spécial.

    Le Monster SP cultive son ADN racing et veut le faire savoir en reprenant le code couleur du team officiel de MotoGP. Petit saut de vent, jantes noires, fourche anodisée dorée, réservoir avec du noir et un logo Ducati rappelant celui de la Panigale V4, une selle rouge brodée et un capot de selle arrière, avec un gros logo Monster SP.

    Le SP en jette grave ! On dirait presque, qu’il a enfilé un survêtement du Milan AC.

    Au passage, la nouvelle selle est plus épaisse et culmine désormais à 840 mm. C’est haut comme une petite sportive, afin de vous faire adopter une position de conduite plus agressive, le cul en l’air, le buste plus penché. C’est bien pour le style, c’est bien pour le pilotage. Mais vos petits poignets risquent de souffrir en ville.

    Ducati Monster SP : les inévitables suspensions Öhlins

    Le plus gros changement, celui qui rend ce Monster SPécial (oui, j’ai tenté un truc), c’est la suspension. Un vrai bon point, car la fourche avant n’était pas forcément au niveau du reste de la moto.

    À l’avant, Ducati lui a donc greffé une fourche inversée de 43 mm, une Öhlins NIX30, ce que le manufacturier suédois propose de mieux au catalogue actuellement et donc ce qu’il se fait de mieux sur le marché.

    À l’arrière, la petite Ducati reçoit aussi du Öhlins et l’ensemble est entièrement réglable. Les Italiens ont l’espoir que vous soyez capable d’adapter la moto à votre style de pilotage, avec les bons réglages. Mais ont-ils pensé que vous soyez capable de tout saccager en faisant n’importe quoi ?

    Peu importe, Ducati estime que ces suspensions permettent d’améliorer le ressenti et le comportement dynamique de la moto, que ce soit en entrée, dans ou en sortie de virage, sur route, « comme entre les vibreurs », annonce la brochure qui ajoute que les sensations sont augmentées,  » comme la garde au sol et par conséquent la prise d’angle ».

    Pour vous aider et vous faire gagner en stabilité, Bologne a aussi rajouté un, damper, un amortisseur de direction.

    Équipé avec tout cela, si vous ne posez pas le coude, vous êtes nuls, c’est dit !

    Ducati Monster SP : le freinage monte en puissance

    On ne peut pas dire que le Monster « basique » manque de mordant côté freinage. Équipé en Brembo M4.32 avec étriers radiaux 4-pistons et maître-cylindre radial, il y a de quoi faire les freins à tout le monde ou presque.

    Mais Ducati a décidé que cette version SP ferait mieux au niveau puissance et feeling de freinage. Elle se retrouve en conséquence avec ce qui se fait de mieux : du Brembo Stylema 320 mm, comme sur la Panigale V4. Ils permettent, selon la brochure, d’améliorer la tenue de route et l’inertie au freinage, et ça, on n’en doute pas vraiment.

    Heureusement, pour encaisser la force des Brembo, vous serez déjà bien en appui sur les bras pour les freinages d’urgence !

    Ducati Monster SP : jamais sans mon Termignoni

    Il ne pouvait en être autrement, la Monster SP reçoit un double silencieux Termignoni homologué Euro5. Car dans SP, il y a Sport, mais il y a surtout Production, ce qui veut dire route. Donc pas d’échappement racing pour vous hurler dans les oreilles et tant pis pour les plus mélomanes.

    Cette Ducati Monster SP reçoit aussi les derniers Pirelli Diablo Rosso IV. Parce qu’ils sont mieux que les III, puisqu’ils sont sortis cette année. La brochure promet des performances dignes des meilleurs pneus supersport. De toute façon, avec une telle machine, vous allez les fumer rapidement et vous pourrez donc les comparer avec les III, devenus moins chers. Merci de revenir ici me dire si c’est vraiment mieux.

    Ducati Monster SP : plus légère

    Avec tous ces équipements, le Monster a réussi à évacuer du poids à des endroits stratégiques de la partie cycle et à descendre à 186 kg, soit 2 kg de perdu par rapport à la version de base. L’équivalent d’un âne mort sur une moto.

    Comment ont-ils fait ?

    Ducati a gagné 600 g avec la nouvelle fourche, 500 g avec les freins et surtout 1,7 kg avec une nouvelle batterie lithium-ion. Oui, l’addition n’est pas bonne, mais c’est comme ça qu’ils comptent à Bologne ! Certainement la faute à l’amortisseur de direction, ou à la petite bulle, des équipements qui ont dû rajouter du poids.

    Ducati Monster SP : une moto accessible même pour les A2 ?

    Quand le communiqué est tombé dans ma boîte mail, je n’ai pas vraiment prêté attention, pensant qu’elle ne serait jamais bridée. J’avais tort ! Le Monster SP sera bien disponible en version A2, avec moins de modes de conduite et une cartographie adaptée, avec notamment une accélération plus douce, proche du mode wet, qui limite la puissance à 75ch.

    Justement, ce mode Wet, traduisez pluie, est un nouveau mode qui vient s’ajouter à une électronique réajustée pour mieux s’adapter aux performances de la moto. Au passage, il y a aussi un launch control, pour vous amuser à griller vos copains au démarrage, sur piste bien entendu !

    Mais revenons aux A2, le Monster est bardé d’aides à la conduite : un quickshifter pour passer les vitesses sans embrayer, un ABS cornering pour vous permettre de toucher (un peu) le frein avant en virage sans croiser les skis, anti-wheeling, traction control, tous réglables sur plusieurs niveaux d’intervention. Une électronique qui maîtrise parfaitement l’anglais et qui fera de vous, non pas un meilleur pilote, mais un pilote un peu moins Benny Hill sur la route.

    Quant aux équipements, ils ne font pas de ce Monster une moto compliquée, mais simplement plus efficace. À moins de faire n’importe quoi avec les réglages de la fourche avant ! Le Monster, qui était déjà une moto fun et dynamique, sera encore plus agile et affamé de virolos. Mais sincèrement, sauf si vous êtes un pistard qui a oublié de retirer son cuir pour filer et passer son A2, vous ne parviendrez pas à en exploiter la quintessence si vous êtes un vrai débutant. Surtout qu’avec un moteur bridé à 47,5ch, cela risque d’être très frustrant.

    Mais la passion n’attend pas et pousse parfois à ignorer la raison. En plus, pour épater les copains, il n’y a pas mieux. Par contre, il faudra débourser 15 090 euros, soit 3 300 euros de plus que la version de base. Un prix qui rapproche ce petit Monstre de la Ducati Streetfighter V2, plus puissante, quand on est en full.

    Pour les permis A2, avec un tel niveau d’équipements, ce Monster SP n’a pas vraiment de concurrence, pour l’instant.

    3 thoughts on “Ducati sort un nouveau Monster SP, pour A2 énervé ?

    1. Sachant qu’un A2 est limité à 47,5 CV, je ne vois pas trop l’utilité de payer plus chère une moto qui ne sera jamais full même débridée puisqu’elle ne dépassera pas 95 CV.

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :